Dans les coulisses de la plateforme "MOOC bâtiment durable"

Partenaire
Aug. 28, 2019
Avec ce premier article d'une série de trois, découvrez la mise en place de la plateforme MOOC bâtiment durable, du lancement du projet à la conception des MOOC

Un projet collaboratif 

Dès le début de l’aventure, la plateforme s’est appuyée sur un ensemble d’acteurs du bâtiment qui ont pu, à travers cette expérience, renforcer leurs liens au sein d’un écosystème déjà établi et amorcer ensemble la transition numérique.

La plateforme était associée lors de son lancement à un projet du Ministère du Logement (actuellement Ministère de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales), le Plan Bâtiment Durable, qui visait à faire monter en compétences les professionnels du logement sur les sujets de transition énergétique. Ce premier projet a permis de financer une dizaine de MOOC. Par la suite, la conception de nouveaux MOOC a pu être mise en place grâce à des appels à projets lancés par l’ADEME et le Plan Bâtiment Durable, qui ont ensemble défini et organisé un système de gouvernance avec une charte regroupant aujourd’hui plus de 30 organisations. Le Comité d’Orientation se réunit 3 à 4 fois par an, notamment pour définir la ligne éditoriale de la plateforme (sujets des MOOC proposés, public-cibles, hébergement de SPOC …), les modalités de sélection des MOOC/SPOC, les exigences vis-à-vis des organismes diffusant une formation sur la plateforme… 

Les répondants aux appels à projet sont quant à eux divers et représentatifs des différents acteurs intéressés par les questions concernant le bâtiment durable : des organismes de formation spécialisés dans le bâtiment, des bureaux d’études experts sur les questions de performance énergétique, des universités et des écoles (Université de La Rochelle, Université de Caen, Université de Perpignan, INSA Toulouse) et des centres techniques, comme le CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment) ou le Cerema. Ces organismes ont pu candidater seuls ou en groupement.

Ce fonctionnement par appel à projets a permis de laisser une certaine liberté quant à la question des sujets, les porteurs pouvant proposer des sujets en lien avec l’actualité, qu’elle soit réglementaire ou qu’elle porte sur les nouveaux enjeux du secteur. Ainsi, différentes propositions ont pu voir le jour, qui ont conduit à une offre davantage ciblée, en résonnance avec cette actualité, notamment réglementaire. En effet, la France a de grandes ambitions en matière d’objectifs de développement durable (ODD) et de rénovation énergétique avec le Plan de rénovation énergétique des bâtiments qui répond aux exigences du Plan climat annoncé en juillet 2017. Accomplir ces objectifs passe nécessairement par une montée en compétences des professionnels du secteur.

La collaboration au sein de cet écosystème s’exerce également une fois les MOOC présents sur la plateforme. Comme l’explique Florence Godefroy, chef de projet formation à l’ADEME, l’adhésion des professionnels à la plateforme est aussi due aux relais des partenaires comme la Fédération Française du bâtiment ou l’Ordre des architectes : « ce sont eux qui ont la légitimité pour s’adresser aux architectes ou aux artisans et qui ont les bons canaux pour ça. Donc le fait qu’ils soient partie prenante du dispositif, qu’ils aient leur mot à a un impact sur la fréquentation et les inscriptions de ces professionnels. »

Un accompagnement pour la transition numérique

Trois ans après le lancement de la plateforme, c’est également l’apprentissage collectif par le numérique qui ressort. Travaillant avec un ensemble d’acteurs qui n’avait pas alors d’expertise ou d’expérience en matière de conception de MOOC, l’ADEME a proposé un accompagnement aux nouveaux concepteurs pour les guider sur la plateforme, les accompagner tout au long du projet et leur donner les bons conseils. Des journées d’accompagnement ont été mises en place lors desquelles les équipes échangent à la fois sur la conception, mais aussi sur les actions de communication et de suivi de MOOC, une fois les MOOC ouverts ; journées d’accompagnement qui permettent également un partage d’expérience entre les différentes équipes. Grâce à ces échanges, c’est tout l’écosystème qui a pu s’enrichir et monter en compétences de façon collaborative.

La transition numérique dans la filière du bâtiment est aussi amorcée par le contenu même des MOOC, notamment en formant les professionnels du bâtiment au BIM (Building Information Modeling ou bâti immobilier modélisé) à travers par exemple les MOOC « Conduire sa première opération en BIM » de l’INSA Toulouse ou encore « MOOCBIM : Devenez acteur de la transition numérique » de GA Smart Building et l'INSA Toulouse.

Finalement, ce sont aussi de nouvelles perspectives d’apprentissage grâce au numérique qui ont été ouvertes avec des structures conceptrices qui ont elles aussi souhaité mettre en place des dispositifs en classe inversée (blended learning) avec du suivi en présentiel en plus de cours numérique afin de proposer ce type de formation à leur public dans le cadre de la formation professionnelle continue.

Une expérience riche pour les concepteurs, mais aussi pour les apprenants comme vous le découvrirez dans notre prochain article.